x_bertrand

Canal Seine-Nord : Xavier Bertrand veut accélérer la cadence

«Le dossier traîne. Nous attendons maintenant la composition de la société de projet». Le président de la Région des Hauts-de-France s’impatiente. Et pour présider cette société de projet, il a bien un nom à souffler : «Jean-Louis Borloo est l’homme de la situation, il saura être rassembleur tout en ayant la hauteur de vue nécessaire», a insisté Xavier Bertrand lors de sa conférence de presse de rentrée. L’occasion de mettre en garde le gouvernement qui a désormais la main sur le dossier, « nous devons faire attention au dégagement des crédits d’office». Autrement dit, les crédits européens ne seront pas disponibles éternellement… Surtout, il ne veut pas que ce chantier emblématique soit «le symbole du travail détaché en France». Pour cela, il compte bien dégainer le peu d’outils qu’il a à sa disposition dans le cadre des marchés publics. «Seine-Nord doit profiter à nos entreprises et à l’emploi local. Nous instaurerons donc la clause Molière (obligation de parler français sur les chantiers) ou encore des obligations sur le bilan carbone», a prévenu celui qui a mis l’emploi sur le devant de ses priorités, «j’y consacre 85% de mon agenda». Reste à connaître le montant de l’enveloppe que mettra sur la table la Région Île-de-France. «100 millions d’euros sera déjà très bien, se contente le président. Cela ne nous empêchera pas de boucler le programme d’investissement», assure-t-il. Pas question pour autant pour les Hauts-de-France de mettre un peu plus la main à la poche pour assurer le complément.