Missing image

Volumes en région : du simple au double

La loi NOTRe de 2015 l’a décidé : c’est aux conseils régionaux de gérer les déchets, de toute nature, produits sur leur territoire.

Celui des Hauts-de-France élabore en ce moment un plan (PRPGD), qui doit être bouclé pour 2019. Le contact avec les techniciens chargés du dossier nous a été refusé, au motif que les discussions avec les acteurs professionnels ne sont pas terminées. De fait, s’agissant des déchets du BTP, la Région et les représentants des fédérations ne sont pas d’accord sur les volumes…

Le plan affiche 20,5 millions de tonnes par an. C’est une sous-évaluation manifeste, juge la FFB Hauts-de-France. Quid des terres des chantiers du Grand Paris (une partie sera accueillie sur dix-sept plates-formes dans le Nord – Pas de Calais et la Picardie) ou des déchets liés à la rénovation urbaine et à la réhabilitation énergétique des logements miniers ? A minima, le total représentera 40 millions de tonnes, certifient les fédérations du Bâtiment, des TP et des carriers.

La FFB craint que ses adhérents soient soumis à des obligations impossibles à tenir, d’autant que le réseau des déchetteries est déjà fort chargé (et même insuffisant dans la métropole lilloise). Elle souhaite qu’un observatoire s’attelle à la quantification et à la qualification des déchets. Les organisations professionnelles le financeraient avec l’ADEME et peut-être la Région…

A lire aussi dans ce dossier

  • Déchets de chantiers : Les rebuts sortent de l’ombre ici
  • Le négoce de matériaux au pied du mur ici
  • Néo-Eco : vaincre le “on n’a jamais fait comme ça»… ici
  • Covanord : des vues sur les fenêtres ici