Dans le grand hall, deux étages ont été créés par l’installation d’un volume métallique appelé la «traverse» pour accueilir les nouveaux espaces de coworking et le Fablab de la Station.

Dans le grand hall, deux étages ont été créés par l’installation d’un volume métallique appelé la «traverse» pour accueilir les nouveaux espaces de coworking et le Fablab de la Station.

Saint-Omer : La Station, une gare au double visage

Après avoir été totalement rénovée. la gare de Saint-Omer, rebaptisée la Station, rouvrira ses portes au public en novembre. Elle accueillera à nouveau des voyageurs mais offrira avant tout des espaces de travail et de création pour attirer des start-up et redynamiser l’économie audomaroise. 

 

Les échafaudages masquent encore une bonne partie de la gare de Saint-Omer, construite en 1904. Après sa fermeture au public il y a huit ans pour cause de charpente et de toiture en très mauvais état, l’édifice avait besoin d’un sérieux coup de jeune. En 2016, la Communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer (CAPSO) la rachète pour 200 000 euros à la SNCF et souhaite redonner à la ville une gare digne de ce nom. Pour attirer les start-up du coin et éviter qu’elles ne filent du côté de Lille, elle veut également se réapproprier le lieu pour en faire une vitrine des transitions économiques de son territoire. Dans un quartier en pleine mutation, les 3 000 m² de la gare, rebaptisée la Station, offriront donc dès novembre prochain et après plus de 11 millions d’euros de travaux, des commerces, une billetterie SNCF, un espace de mobilité mutualisé mais aussi des espaces incubateurs, d’autres dédiés au Coworking ainsi qu’un FabLab de 700 m² (cf encadré).

COQUE VIDE

Sous la houlette de l’architecte mandataire Nathalie T’Kint (et de l’agence Richez et Associés pour les espaces intérieurs), le chantier de rénovation est mené depuis deux ans dans le bâtiment central et ses deux pavillons accolés. « Nous avons désamianté et vidé l’intérieur pour ne laisser qu’une coque vide, explique Alice Haesaert, responsable des Grands Projets à la CAPSO. Seule une partie des façades classées et de la charpente en bon état a été conservée. Nous avons rénové quasiment à l’identique grâce aux plans d’origine. Dans le grand hall, deux étages ont été créés par l’installation d’un volume métallique appelé la «traverse». Ce volume relie les deux pavillons et dessert une terrasse de part et d’autre du 

bâtiment central amenant une nouvelle connexion entre les trois bâtiments. Au centre, un puits de lumière offre une lumière douce tandis que la mise en place d’un double vitrage a été réalisé sur les mêmes sections de bois et d’acier que les menuiseries d’origine. Autre grosse partie des travaux, celle de l’implantation de puits géothermiques par la réalisation de sept forages sous la salle des pas perdus, à plus de 200 mètres de profondeur. Ils permettront notamment l’alimentation d’un plancher chauffant.

Sur la marquise de 90 mètres, l’entreprise Dumanois a effectué la protection anticorrosion : sablage, déplombage et mise en peinture (système ACQPA).
Sur la marquise de 90 mètres, l’entreprise Dumanois a effectué la protection anticorrosion : sablage, déplombage et mise en peinture (système ACQPA).

UNE MARQUISE COMPLEXE A RENOVER

A l’arrière de la gare, la rénovation d’une marquise de 90 mètres a donné du fil à retordre aux ouvriers. Située à moins de trois mètres des caténaires, une cloison a été installée pour l’isoler du quai. Ensuite, de nuit et en 4 heures seulement, pour ne pas gêner la circulation des trains, les demi-arbalétriers et les poutres de rive ont été démontés. « Nous avons effectué un vrai travail de chirurgie, explique Stéphane Lemaitre, chargé d’affaires pour l’entreprise Dumanois. La protection anticorrosion (sablage, déplombage et mise en peinture) a été réalisée sur place pour les pièces restantes. Des descentes d’eau en fonte ont été insérées dans chacun des 12 poteaux pour en garder l’âme d’origine » . Par la suite, un vitrage stadip 44/2 recouvrira la marquise. Après la remise en service des aiguilles de l’horloge de la façade en janvier dernier, il reste encore à lancer les lots secondaires ainsi que les travaux de signalétique et d’installation du mobilier.

 

 

Facade ok

AVEC UN BON DIAGNOSTIC, PAS DE SURPRISE

La gare cathédrale, appelée ainsi pour ses hauts volumes, est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historique depuis 1984. « Nous sommes dans un chantier classique de rénovation de patrimoine, assure Nathalie T’Kint. Il n’y a pas de surprise car le bon diagnostic du bâti avait été posé dès le départ et par des gens très qualifiés. En tant que déléguée des Hauts de France des Architectes du patrimoine, je défends ma spécialité. Et par soucis d’économie, ce diagnostic est bien trop souvent négligé. Une étude moins chère peut avoir des conséquences de coûts importants par la suite pour les maîtres d’ouvrage ». Saint-Omer, 3 minutes d’arrêt ! Voire plus encore…

Innovation, création, collaboration, télétravail... à la Station Près de 600 personnes franchissent chaque mois les portes de la Station, avant-goût à l’échelle 1/20 ème de ce qui sera proposé dans la gare dès novembre prochain. Situé sur le parvis, un bâtiment préfabriqué ouvert à tous depuis 2016 offre un espace de travail partagé (coworking) et un FabLab pour innover et prototyper grâce aux machines numériques (imprimante 3D, fraiseuse, découpeuse laser, brodeuse numérique). Avec ce tiers-lieu ouvert aux rencontres économiques et au Repair café,  la Communauté d’agglo a su profiter du temps imposé par le chantier de la gare pour créer une communauté d’utilisateurs, les stationautes, qui investiront les futurs lieux de la nouvelle gare. « On a créé une communauté d’utilisateurs et essayé de toucher le plus de monde, il y a une véritable attente », confie Stéphane Deveaux, directeur de la Station.
Innovation, création, collaboration, télétravail… à la Station
Près de 600 personnes franchissent chaque mois les portes de la Station, avant-goût à l’échelle 1/20 ème de ce qui sera proposé dans la gare dès novembre prochain. Situé sur le parvis, un bâtiment préfabriqué ouvert à tous depuis 2016 offre un espace de travail partagé (coworking) et un FabLab pour innover et prototyper grâce aux machines numériques (imprimante 3D, fraiseuse, découpeuse laser, brodeuse numérique). Avec ce tiers-lieu ouvert aux rencontres économiques et au Repair café, la Communauté d’agglo a su profiter du temps imposé par le chantier de la gare pour créer une communauté d’utilisateurs, les stationautes, qui investiront les futurs lieux de la nouvelle gare. « On a créé une communauté d’utilisateurs et essayé de toucher le plus de monde, il y a une véritable attente », confie Stéphane Deveaux, directeur de la Station.
La fiche
Maître d’ouvrage :
Communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer (CAPSO)
Maîtrise d’oeuvre : Agence Nathalie T’Kint, Agence Richez Associés, Berim (Bureau d’études), Alternative, Action Ergo, B. Fichet Design Graphique
Entreprises : Ramery (GO), Chevalier Nord (Traitement des façades), Reatub Echafaudages, Battais Charpente (Charpente), J.Leroy (couverture), Marcel Van Henis (Menuiseries ext. Bois), Dumanois (traitement des marquises), Loison (serrurerie), SDI (finitions), SPDE, Axima (Chauff-ventil-plomberie), Eiffage (électricité), Schindler (Appareils élévateurs).
Surface : 3000 m²
Coût : 11,3 M€ HT