Chantier de rénovation étanchéité bitume avec isolation polyuréthane surface 700m².

Chantier de rénovation étanchéité bitume avec isolation polyuréthane surface 700m².

Saint-Martin-Boulogne : CMBA joue la carte de la polyvalence

Sa vingtième bougie tout juste soufflée l’année dernière, la PME du littoral mise sur le savoir-faire de ses équipes pour répondre à une clientèle d’industriels et de privés. 

 

Construction Maçonnerie & Béton Armé. CMBA, dont les initiales sont bien connues en terres boulonnaises, joue depuis vingt ans la carte de la polyvalence. Cette “création pure” est le fruit du travail d’Isabelle Morel, et de son équipe.  Au delà de son coeur de métier historique, les travaux de gros oeuvre et de génie civil, la gérante a su adapter sa stratégie en réponse aux soubresauts du secteur du BTP. Aujourd’hui, elle réalise moitié de son chiffre d’affaires via sa branche “étanchéité”, lancé en 2013. C’est alors son compagnon, Willy Vangilluwen, qui prend en charge le créneau. “L’associé avec lequel j’avais fondé CMBA venait de faire valoir ses droits à la retraite et je sentais qu’il y avait une complémentarité à créer”, se remémore cette ingénieure en génie urbain spécialiste des infrastructures. Cinq ans après, son carnet de commandes lui donne toujours raison sur cette ouverture.

Polyvalence

Isabelle Morel, dirigeante de CMBA.
Isabelle Morel, dirigeante de CMBA.

Si un maître-mot devait résumer son travail et celui de ses compagnons, “polyvalence” revient souvent dans la bouche de la chef d’entreprise. Chaque métier dispose bien de son propre savoir-faire, mais la complémentarité des tâches a permis de traverser la crise 2008-2016. “Nos deux activités se recoupent. Les maçons peuvent par exemple préparer le terrain pour les étancheurs”, détaille Isabelle Morel qui en bon maître du temps, place “les salariés au bon endroit, au bon moment pour des chantiers hyper organisés”.

“Taille d’entreprise délicate”

Passée de 5 salariés à la création en 1998 à 19 aujourd’hui, l’entreprise a réalisé 2,2 millions d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière. Son périmètre d’activité ? De Dunkerque à Abbeville en passant par Saint-Omer pour la branche gros oeuvre, jusqu’à la Baie de Somme pour l’étanchéité. Et ce grâce à des volumes d’affaires assez diversifiés, de 150 à 300 000 euros pour les plus importantes, avec une moyenne de contrat allant de 80 à 120 000 euros.
“Notre taille d’entreprise est délicate”, analyse la patronne. Trop grande par rapport à des artisans, trop petite face aux PME de 50 personnes plus structurées… Mais de ce qui peut paraître une faiblesse, elle préfère en tirer les points positifs. “Nous suivons les affaires de A à Z et notre taille nous confère réactivité et agilité”.
Une culture d’entreprise qui semble plaire compte tenu du faible turn over.
Celle qui est aussi impliquée dans la défense de la profession au sein de la FFB59/62 mise résolument sur la formation. “Tous les 3-4 ans, nous prenons un apprenti que nous formons à nos méthodes et à notre image pour le garder. Nous faisons le pari de la formation en interne”. Ce qui ne l’empêche pas de s’inquiéter des nombreux cas d’inaptitudes dans le monde du Bâtiment. “C’est un sentiment personnel, mais il y a un problème avec l’état de santé de cette jeunesse, rivée aux écrans, qui arrive”.

Stabiliser l’activité

L’avenir justement comment le voit-elle ? A la veille des élections municipales, Isabelle Morel anticipe comme beaucoup de l’attentisme. Si elle souhaite avant tout stabiliser ses activités, elle n’en demeure pas moins attentive aux évolutions du monde qui l’entoure. Elle se questionne par exemple sur la manière de prendre le train du BIM ou comment réduire la pénibilité. En 2018, elle a par exemple investi dans un poids lourd avec grue pour faciliter le quotidien de ses salariés et optimiser le temps de travail. Le temps, c’est justement ce qu’il manque à celle qui se dit exercer un “métier passionnant” mais dont l’agenda est grignoté “par la gestion de législations toujours plus dures pour les entreprises et peu valorisées”. C’est dit !