Evolution des emplois dans le bâtiment (en ETP). Source : Ademe

Evolution des emplois dans le bâtiment (en ETP). Source : Ademe

La Rev3 veut transformer l’essai : de la prospective aux perspectives

L’Ademe avec l’appui des acteurs Hauts-de-France de la Rev3 vient de publier une étude prospective inédite. A l’échelle régionale, des scénarios ont été établis à l’horizon 2050 pour rendre réalisable les objectifs fixés par le master plan.

Avec la fusion des régions Nord – Pas-de-Calais et Picardie, les objectifs de la Rev3 ou Troisième révolution industrielle seront-ils tenus ? Et quelles seront les perspectives d’emplois ? Cinq ans après le master plan établit avec Jérémy Rifkin, l’incontournable référent de la TRI, l’Ademe, entourée de trois cabinets d’étude : Enerdata, Energies demain et In Numeri, la Région, la CCIR, l’Etat, ont planché sur ces questions. Fruit de plusieurs mois de réflexion, additionnant les aller-retour avec les acteurs territoriaux, sous la houlette du président de la Rev3 Philippe Vasseur, une étude prospective vient d’être publiée en considérant trois secteurs : production et économies d’énergie, bâtiment et mobilité… «Et ce malgré l’hypothèse prise, la plus basse», explique Hervé Pignon, président de l’Ademe.

Un gap de 70% d’ENR

L’étude ouvre sur un pan essentiel de la Rev3 : les énergies renouvelables. Depuis 5 ans la Région a connu un gap de 70% dans leur production, soit près de 17 TWh/an. «La dynamique est amorcée», soutient Philippe Vasseur et elle s’annonce encore meilleure à l’horizon 2050. La Région serait capable de produire entre 80 et 100 TWh/ an. Pour cela, les Hauts-de-France ont intérêt à puiser dans leur potentiel dans l’hydrogène, le biogaz ou encore la récupération de chaleur fatale. En termes d’emplois directs, les chiffres sont également positifs. 31 000 emplois directs pourraient être créés dont près de la moitié dans la production de biomasse.

La réhabilitation, un levier pour l’emploi

Les économies d’énergie ont également été explorées. Les scénarios mettent l’accent sur la réhabilitation du parc existant d’habitation. Ils prévoient d’ici à 2050, 53 000 emplois créés dans le bâtiment dont 12 000 sur le volet réhabilitation. En construction neuve, l’étude s’est intéressée à la filière matériaux biosourcés. Selon les projections, la construction bois, si elle progresse de 20 à 40%, pourrait créer jusqu’à 2000 emplois. Quant à l’utilisation de matériaux biosourcés, elle induirait jusqu’à 5000 emplois. «Des chiffres à prendre toutefois avec prudence mais qui donneront des éléments de réflexion pour les politiques de formations», complète Frédéric Nihous, conseiller régional.  Le tome 1 des scénarios écrit, le comité d’étude réfléchit déjà au tome 2. Cette fois, il concernera l’économie circulaire. Vaste sujet qui viendra encore donner des éléments d’aide à la décision pour appuyer les politiques publiques.

Pour effectuer l’étude, l’ADEME s’est appuyée sur les bureaux d’études Enerdata, Energies demain et In Numeri. A retrouver en intégralité ici : www.cerdd.org

>>> Repères

  • 2050 la projection du scenario de l’étude
  • 53 000 emplois créés dans le bâtiment dont 12 000 liés à la réhabilitation
  • 3300 emplois en moins dans l’installation et la maintenance des équipements de chauffage gaz/fioul.