Avec l’extension, les différents bâtiments existants ne formeront, demain, plus qu’un seul ensemble. TGMP

Avec l’extension, les différents bâtiments existants ne formeront, demain, plus qu’un seul ensemble. TGMP

Templemars : Le peuplier s’invite à l’école

En revisitant son groupe scolaire, la bourgade métropolitaine aura d’ici janvier une nouvelle vitrine. Cerise sur le gâteau pour cette réhabilitation-extension, le peuplier, bois local par excellence, s’invite dans les classes, avec mention Atex* !

 

Templemars_HD
Thierry Grislain, maître d’oeuvre et Gilles Herriquet, dirigeant de Ramery Construction Bois, sous le peuplier apparent qui forme les plafonds.

Ils ne se souviendront certainement pas qu’ils ont appris à écrire et compter dans une école construite en partie en peuplier. Nul doute en revanche qu’ils vivront un avant et un après. Les premiers chanceux découvriront leur nouvelle classe à la rentrée de septembre. Pour les autres, il faudra probablement attendre janvier 2020 avant d’accrocher leur cartable aux murs. Car la réhabilitation-extension du groupe scolaire municipal s’écrit avec une particularité : ses planchers collaborants bois-béton. Si le principe constructif est connu, sa conception avec du peuplier est une nouveauté. « Le peuplier constitue le plafond et sera parfaitement visible, explique Thierry Grislain, architecte-associé au sein de l’agence TGMP Architectes à Lille. Nous avons insisté sur ce choix technique pour apporter quelque chose à la filière bois local et permettre son développement ». Sur les 600 m3 de bois utilisés, 350 m3 proviennent des forêts de peupliers régionales, le reste étant conçu en épicéa. Ce type de projet, qui participe à la structuration de la filière, doit encore faire face à une contrainte de poids. Pas facile en effet de gérer l’approvisionnement, d’autant plus que la caractérisation de cette essence est particulièrement complexe. Si pour l’épicéa une caractérisation visuelle des bois suffit, pour le peuplier, le contrôle de résistance mécanique est réalisé encore plus rigoureusement. « Chacune des planches a fait l’objet d’une mesure de résistance » , détaille Gilles Herriquet, directeur de Ramery Construction Bois à la manoeuvre sur ce chantier. De quoi rassurer les membres du CSTB qui ont étudié le dossier d’Appréciation Technique d’Expérimentation (Atex) déposé pour ce plancher collaborant d’un nouveau genre. Habituée des chantiers régionaux de cette trempe, la scierie Alglave à Lillers a permis de mener ce travail sur l’essence locale.

Reconfiguration des espaces

Souhaitant préserver l’espace vert attenant qui aurait pu accueillir le groupe scolaire, la municipalité n’a pas choisi la facilité. Elle s’est donc engagée dans une opération de couture pour raccorder les écoles Pasteur et Dolto et l’espace restauration. Si ces trois pôles feront l’objet d’une réhabilitation (2 420m2), Thierry Grislain a proposé de les associer via une construction neuve en ossature bois. Là, il a niché un espace périscolaire, nouvelle porte d’entrée de l’équipement. « Pour donner de la cohérence à cette requalification, nous sommes partis du fonctionnement, explique l’architecte. Il fallait également éviter les croisements de flux ». Le choix du bois a par ailleurs limité les nuisances sonores sur ce chantier mené en site occupé. Une attention particulière a été portée sur l’acoustique grâce à l’intégration d’un isolant dans le plafond en bois.

Mais pour l’heure, le ballet des ouvriers se poursuit. Six premières classes seront livrées pour la rentrée de septembre, avant une livraison complète espérée pour janvier 2020. Les petits usagers pourront alors juger des atouts de la filière locale. 

*Appréciation Technique d’Expérimentation

 

Envie de bois local, la Région vous aide

Si Fibois, l’interprofession de la filière bois en région est un partenaire incontournable pour les projets en bois, notamment locaux, la Région Hauts-de-France participe également à la structuration de la filière. Elle propose par exemple aux maîtres d’ouvrage désireux de se doter d’équipement en bois local de supporter le surcoût lié à cet enjeu. 53 projets sont actuellement dans les tuyaux du Dispositif d’accompagnement à l’utilisation des bois d’essence régionale dans les Hauts-de-France. Avis aux amateurs !