Christelle martiaux, Elue «fiers d’être artisans» à la CMA

Christelle martiaux, Elue «fiers d’être artisans» à la CMA

Paroles de mandataire FFB : Christelle martiaux, Elue «fiers d’être artisans» à la CMA

Elue depuis octobre 2016 à la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat, sur
la liste « Fiers d’être artisans » du Pas-de-Calais (FFB-CPME), elle gère également
la partie administrative de l’entreprise familiale JLM Construction à Arras.

Comment êtes-vous arrivée à la Chambre des métiers?
«En 2016, les têtes de liste «Fiers d’être Artisans», Jean-Philippe Dubiquet et Laetitia Lebriez m’ont sollicités pour représenter le Pas-de-Calais. J’ai toujours aimé dire la vérité. J’ai cela dans le sang : aider les gens. Etre vraie. J’ai dit «banco». A la CMA, je suis là pour représenter tous les artisans.

Sur quels sujets travaillez-vous en particulier ?
Je fais partie de la commission territoriale d’Arras qui s’étend sur tout le territoire de la Communauté Urbaine. J’ai intégré les commissions bâtiment, formation et formation professionnelle, ainsi que le conseil de perfectionnement.
Ce dernier regroupe pas mal de gens : divers organismes professionnels, les syndicats, les directeurs de CFA, de la CMA, de l’éducation nationale. Tous les sujets concernant l’apprentissage y sont traités.

Qu’avez-vous mis en place ? Et que voudriez-vous changer ?
Bien que notre liste «Fiers d’être Artisans» soit encore minoritaire, nous avons fait bouger des choses. Nous avons par exemple mis en place les rendez-vous artisans. Nous nous sommes aussi rendus compte que les artisans connaissaient peu les services proposés par la Chambre des Métiers. Donc nous proposons d’aller davantage aller sur le terrain, directement dans les entreprises pour expliquer ce qui nous faisons, comme par exemple pour présenter le panel des différentes formations.

Des choses qui vous agacent ?
Avez-vous vu ce qu’on paye pour la médecine du travail par salarié ? Plus de 100 euros par an pour une visite médicale !
De même, d’année en année, nous donnons toujours plus à l’Etat. Je peste aussi contre le cumul des mandats de certains élus, ceux-ci n’étant plus artisans depuis longtemps…

Qu’est-ce-que cet engagement vous apporte personnellement ?
Le savoir sur les thématiques que j’aborde. Mais aussi de belles rencontres avec des personnes intéressantes, avec de belles personnalité pour la plupart et toutes différentes. De quoi parfois créer de très bons groupes pour faire avancer les choses ! Même si je voudrais en faire beaucoup plus !

Quelles sont vos perspectives d’avenir?
J’aimerais m’impliquer encore plus au service de l’artisanat.Les prochaines élections de la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat se dérouleront en 2021. J’aimerais m’y investir encore plus pour représenter au mieux les professionnels du bâtiment. En l’étant moi-même, je suis confrontée aux mêmes problèmes quotidiens que mes confrères. Je ne suis pas déconnectée de la réalité du terrain. Et puis je rêve vraiment d’inviter Emmanuel Macron pour lui parler du vrai monde de l’artisanat, pour qu’il se rendre compte. Car nous, nous avons les deux pieds dedans !