Alice Gevaert, Présidente de la FFB Côte d'Opale, Présidente de l’IFRB et Administratrice FFB 59/62 et Hauts-de-France

Alice Gevaert, Présidente de la FFB Côte d'Opale, Présidente de l’IFRB et Administratrice FFB 59/62 et Hauts-de-France

Paroles de mandataire FFB : Alice Gevaert, Présidente de la FFB Côte d’Opale

Dirigeante de la société familiale Reseelec depuis 2009, Alice Gevaert en plus de ses mandats liés à la FFB est également administratrice à la CPME Nord, Vice-présidente à la CCI Grand Lille en charge des réseaux et membre élue à la CCI de Région.

Pourquoi et comment est venu votre engagement ? 

Mon entreprise Reseelec est adhérente à la FFB 5962. Il y a dix ans, un entrepreneur de l’audomarois m’a fait intégrer le CA de la Côte d’Opale. Puis, il y a six ans, mon engagement en tant que présidente de la FFB Côte d’Opale est venu naturellement, mandat qui s’achève cette année. Nous sommes 435 adhérents sur notre secteur géographique qui est très vaste, allant de Dunkerque à Montreuil. Je suis quelqu’un qui aime faire bouger les lignes. Et pour cela, il faut agir ! Je déteste être assise à une table de réunion, qu’il n’y ait eu que du blabla et pas d’actions ! Ensuite, quand on met un pas, on en met un deuxième et on avance ! Immanquablement, on m’a sollicitée pour rejoindre la Caisse des congés payés, l’IFRB…

En quoi consiste votre mission ?

Je suis interpellée sur différents sujets : la formation, l’insertion, la parité, l’attractivité du territoire, comment rompre l’isolement du chef d’entreprise… Les problèmes relevés sont souvent un manque de bon sens et de pragmatisme…

Sur quels sujets travaillez-vous en particulier ?

Au sein de l’IFRB, j’accompagne les adhérents de la FFB dans leurs projets de formation en leur simplifiant la vie. Je travaille son repositionnement. Avec la FFB Côte d’Opale, nous réalisons des actions locales comme, par exemple, la mise en place d’une charte avec la gendarmerie pour conseiller et alerter les entreprises sur les vols de chantiers. Avec la Communauté urbaine de Dunkerque, nous avons également mis en place un macaron permettant aux entreprises de stationner devant leurs chantiers à moindre coût. Autre projet, cette année pour les Coulisses du bâtiment, nous allons accompagner un peu plus loin les collégiens : visite de chantier, intervention d’un professionnel du BTP en classe et découverte des différentes formations possibles. Plutôt qu’une simple visite de chantier, nous allons essayer de créer du lien entre les élèves et les professionnels du secteur.      

Quels sont les problèmes relevés actuellement ? 

Pour les entreprises, il y a des problèmes de trésorerie, de recrutement et de rentabilité… en fait je crains que ce soit un problème global ! Et nous avons eu pas mal de fermetures, malgré la reprise économique qui ne s’avère pas significative.

Quelles solutions, quelles aides apportez-vous ?

Je mets en relation les personnes pour trouver des solutions et faire avancer les choses ! J’aime rendre service aux personnes et être utile. Cela peut prendre différente forme, l’écoute, la mise en relation.

Personnellement, que vous apporte cet engagement ?

Faire entendre votre voix et apporter votre pierre à l’édifice… c’est très valorisant !  La richesse des échanges avec d’autres chefs d’entreprise est aussi très importante pour avancer. On ne se sent pas isolé et à plusieurs, on arrive à faire remonter certaines infos.
Et je termine par cette devise des femmes chefs d’entreprises dont j’avais la présidence pour la Côte d’Opale il y a quelques années et qui me correspond réellement : « seul nous sommes invisibles mais ensemble nous sommes invincibles ! »