Adem Beyazit souhaite étendre le rayonnement de son entreprise... jusqu’en Angleterre

Adem Beyazit souhaite étendre le rayonnement de son entreprise... jusqu’en Angleterre

Outreau : Adem Beyazit, à la tête d’une réussite boulonnaise

Adem Beyazit, entrepreneur turc arrivé en France en 2005, est un homme à qui tout semble sourire. A la tête d’un groupe d’une centaine de salariés dorénavant, son ascension a été pour le moins rapide et jalonnée de succès.

Malgré une réussite louée dans le Boulonnais par politiques et confrères, Adem Beyazit a su rester humble. Dirigeant de trois entités – Maxibat 62 pour le gros oeuvre (47 salariés) dont le siège social à Outreau vient d’être inauguré, Maxibat Façades (6 personnes) créée début 2019 et Dourdin Bâtiment (43 salariés) rachetée cette année et basée à Avion – il se tourne dorénavant vers l’Angleterre et continue son développement au nord de Paris. Toujours avec modestie. À l’écouter dérouler le fil de son histoire, l’entreprenariat paraîtrait presque simple. C’est pourtant trompeur, si Adem Beyazit a multiplié par vingt son nombre de salariés en quelques années, c’est bien le fruit d’une ténacité. Ayant suivi des études de droit et de gestion en Turquie, le dirigeant a d’abord eu à gérer un kebab sur le territoire. Il fait très rapidement fructifier le chiffre d’affaires du restaurant. C’est en 2012 qu’il décide de se lancer dans le bâtiment après quelques expériences en tant que salarié. « L’aventure Maxibat a commencé dans un petit garage d’un peu plus de 150 m² où nous avons ajouté des bureaux. Il y a eu ensuite Condette où nous étions en location et dorénavant ce nouveau siège social à Outreau. Notre croissance avait besoin d’un bâtiment beaucoup plus grand », explique Adem Beyazit.

40 M€ de chiffre d’affaires

Si le groupe familial assure viser les 40 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici à 4 ans (contre 13 millions d’euros de chantiers d’ores et déjà signés pour 2019), cela ne se fera pas sans étendre son périmètre d’action. « La stratégie est que le groupe possède une entreprise tous les 100 kilomètres au nord de Paris. À chaque zone géographique son entreprise dédiée, soit un rachat, pour réduire les frais routiers », ajoute le dirigeant. Ce poste représentant près de 55 000 euros de dépenses en gazoil par an. Une implantation est d’ailleurs déjà envisagée à Amiens. « Je préfère gérer plusieurs petites structures souples et flexibles qu’un grand mastodonte où tout se noie à l’intérieur », explique-t-il. L’Angleterre est aussi dans le viseur de l’entrepreneur. « Nous travaillons déjà sur Folkestone, des employés font l’aller-retour tous les jours via le Shuttle, mais je veux développer encore plus ce marché. »

Modèle

Avec de telles perspectives, il n’est pas étonnant qu’Adem Beyazit soit régulièrement cité en exemple par les autorités locales. « Pour ma communauté, je suis le Turc qui a réussi ». Les mères de famille lui envoient leurs enfants en stage, on lui demande conseil. « Je me transforme parfois en assistant social ou en médiateur à corriger des courriers, etc », sourit le dirigeant qui affirme donner sa chance à tout le monde, soucieux d’ouvrir « une première porte à ceux qui sont généralement refusés ». Engagé, Adem Beyazit répond au manque de main d’oeuvre, notamment parmi les enduiseurs, en lançant une formation au centre de Calais accompagné par la Mission locale. « En 2018, sur les 8 contrats pro que nous avons eu ici, 6 jeunes ont été embauchés en CDI ». Une politique d’insertion qui a déjà été, à maintes reprises, saluée par le sous-préfet de Boulogne-sur-Mer, Jean-Philippe Vennin.

Maxibat chantier
Maxibat intervient dans la construction d’ensembles immobiliers, un moyen de développer son périmètre d’action.