Thierry Sartorius avec la smart valve certifiée Breeam. Les produits sont complètement assemblés à Fréjus.

Thierry Sartorius avec la smart valve certifiée Breeam. Les produits sont complètement assemblés à Fréjus.

Objet connecté : le Spy Can à la conquête du BTP

La start-up boulonnaise Blue Whale Company a développé une gamme d’objets connectés. Sa solution Spy Can a décroché deux prix au CES de Las Vegas. 

Instrumenter un réseau d’eau sans avoir à déployer une infrastructure lourde, tous les gestionnaires en rêve. L’innovation de Blue Whale Company, jeune entreprise créée à Créamanche à Boulogne-sur-Mer en 2016 pourrait bien les intéresser. Son Spy Can se greffe facilement sur les réseaux pour mesurer et commander débit, consommation et autre niveau. “Notre solution s’installe n’importe où! présente Thierry Sartorius, DG. Contrairement aux dispositifs existants, nos objets connectés sont autonomes grâce à une batterie lithium peu énergivore. Et surtout, plus qu’envoyer des informations, le Spy Can peut aussi recevoir des commandes”. Grâce à l’application Spy Can Vision, couper le réseau d’eau lorsque le bâtiment est inoccupé, recevoir une alerte en cas de fuite, ouvrir ou fermer des vannes, suivre ses consommations ressemblent à un jeu d’enfant. Pour les réseaux d’eau, le Spy Can Compact ou “smart valve” est l’un des produits phares développé par la jeune pousse qui promet une économie d’eau de 20 à 25%. Pour communiquer, celui-ci s’appuie sur le réseau GSM ce qui lui confère facilité d’installation. D’autres solutions comme la gestion technique des bâtiments (VMC, suivi électrique, de température, de calories par exemple) sont autant de déclinaison permise.

Exemple d’installation.
Exemple d’installation.

La lumière de Las vegas

“Après deux années de développement grâce à une équipe d’une douzaine de personnes”, les solutions de Blue Whale Company sont commercialisées depuis l’année dernière. Sitôt mises sur le marché via un réseau de distributeur, elles n’ont pas manqué de taper dans l’oeil. Embarquée dans la délégation nordiste emmenée par Euratechnologies au CES de Las Vegas, l’équipe s’est vue auréolée des deux awards. LE salon mondial des nouvelles technologies a récompensé la “smart valve” du titre Innovation Smart Cities et d’un autre award dans la catégorie Climate change. “Cela nous a donné de la visibilité, les clients nous regardent avec un oeil différent et rapidement, certains rendez-vous se sont débloqués”, évoque Véronique Stankowiak, présidente. Afrique du Nord, Moyen Orient, Mexique, Europe, Blue Whale réalise 50% de son chiffre – que ses dirigeants préfèrent garder confidentiel – à l’étranger. Ces derniers espèrent même les 80% d’ici un an. Mais plus que tout, Thierry Sartorius, 65 ans, vise rentabilité et satisfaction client. Nul doute qu’il s’appuiera sur ses expériences chez Spie, Bouygues et Eurotunnel pour développer sa création