Thierry Daniel, délégué Nord-Est de GRTgaz, lors de la présentation du bilan 2018 de GRTgaz dans les Hauts-de-France.

Thierry Daniel, délégué Nord-Est de GRTgaz, lors de la présentation du bilan 2018 de GRTgaz dans les Hauts-de-France.

La nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) inquiète GRTgaz

Le 31 janvier dernier, l’entreprise de service public GRTgaz représentée par son délégué Nord-Est, Thierry Daniel, a présenté son bilan régional pour 2018. La consommation brute de gaz dans la région a affiché 70,5 milliards de kilowattheures (kWh), soit une diminution de 4% par rapport à 2017. Pourquoi ? Les températures ont été plus douces et les trois centrales de production électrique fonctionnant au gaz ont été moins sollicitées au profit d’une meilleure disponibilité du parc électronucléaire et éolien.

Par ailleurs, dans l’industrie, la demande reste en hausse et continue de progresser pour la 3ème année consécutive (+2% en 2018 et +6% en 3 ans). En exemple, Cristal Union dans la Somme ou Saverglass dans l’Oise ont converti leurs installations fioul/charbon pour du gaz.

On note également une augmentation de 2% de la consommation des clients raccordés aux réseaux de distribution soit plus de 1500 communes dans la région.

Menace sur la filière Biométhane

Bien que GRTgaz confirme la dynamique du gaz renouvelable en région,  avec 11 sites de biométhane raccordés aux réseaux gaziers régionaux en 2018 (soit la consommation de 16 000 foyers) ou encore 90 nouveaux projets pour 2020-2021 (soit la consommation de plus de 200 000 foyers et la création de 11 000 emplois non délocalisables), les perspectives d’avenir de la filière du biométhane se voient fragilisées par la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’énergie (PPE) annoncée le 25 janvier dernier. Dans une filière méthanisation encore fraîche, les incertitudes de la nouvelle PPE restent liées aux objectifs de volume d’injection pour 2023/2028, au prix de rachat ou encore aux modalités d’introduction d’appels d’offres. Les nouvelles ambitions sur le biogaz devraient représenter 7% de la consommation de gaz en 2030 au lieu de 10% prévu dans la loi sur la transition énergétique. 

« La nouvelle PPE est un point d’inquiétude et une menace pour le développement de la filière biométhane. Nous allons rentrer dans un processus de communication et l’on souhaite qu’il y ait une prise de conscience de la part du gouvernement avant l’adoption du texte final en avril prochain » annonce Thierry Daniel, délégué Nord-Est de GRTgaz au sujet de la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’énergie (PPE) annoncée par le gouvernement le 25 janvier dernier.