IMG_0678

Avec L.I.V.E, les citoyens se mêlent de la ville

Une ville où les habitants seraient au centre ou Smart City Human. L’idée paraît évidente. Pourtant, sur le terrain, les villes font le constat d’échec d’outils lancés sans consultation de leurs citoyens. Trois villes : Roubaix, Tourcoing et Marcq-en-Baroeul ont ainsi décidé d’unir leurs ressources et celles de leurs citoyens pour inverser la tendance et faire remonter les projets des habitants.

Le projet L.IV.E (Lieu(x) pour imaginer la ville en mieux) en est le fruit. Un laboratoire à idées alimenté par des contributeurs bénévoles lors d’ateliers animés dans les trois villes. « On voulait réaliser un outil qui s’appuie sur les possibilités du numérique pour concevoir la ville, à l’aide des citoyens », décode Alexandre Garcin, adjoint à la ville de Roubaix. « Une vision de la métropole moderne, plus souple, concrète et à l’écoute des gens », ajoute Guillaume Delbar, maire de Roubaix. A l’image des travaux réalisés par le professeur Carlos Moreno, spécialiste de la ville intelligente humaine qui vient d’inaugurer une chaire Entrepreunariat, territoire et innovation à la Sorbonne et qui a ouvert le cycle de conférences L.I.V.E.

Pendant deux ans et autour d’un pot commun de 80 000 euros pour 2018 (soutenu par les fonds FEDER), l’objectif sera de co-construire la ville de demain autour de dix sujets alliant la ville, ses usages et le numérique : e-commerce, stationnement, géolocalisation d’espace de coworking, partage de données de la collectivité, nature en ville, géolocalisation de zones urbaines accessibles aux personnes à mobilité réduite et parcours cyclables, usage du numérique à l’école, conception de mobiliers urbains connectés et géolocalisation des activités loisirs.
Le trio des villes visent déjà l’après 2019. « Ce projet est destiné à être poursuivi », lance Guillaume Delbar, convaincu autant que ses homologues. Et ouvrant le laboratoire au champs des possibles : comme les questions d’habitat, d’aménagement urbain, …