Camille Laffargue

“ J’attends que les engagements pris soient tenus”

Qu’attendent des entreprises les maîtres d’œuvre ? En juin, La Chronique leur donne la parole à Camille Laffargue, Co-gérant de NJC Economie à Biache-Saint-Vaast.

Vous réalisez des missions d’Ordonnancement, Pilotage, et Coordination (OPC). Quel est votre rôle ?
Nous sommes garants du délai d’exécution. Au démarrage d’un chantier, mon travail consiste à recenser toutes les informations et les besoins des intervenants. Je mène une enquête planning auprès de chaque entreprise pour construire un planning général. Cela permet d’anticiper par exemple les commandes de matériaux. Vient ensuite la phase de coordination des entreprises. C’est un métier bien spécifique qui demande un certain relationnel avec les architectes, les compagnons et la maîtrise d’ouvrage. Nous réalisons aussi des missions d’économie de la construction, ce qui nous donne une bonne connaissance du dossier et un atout en OPC.

Vous êtes un interlocuteur privilégié. Est-ce que ce rôle a évolué ces dernières années ?
Je constate que sur les chantiers, le dialogue entre les entreprises s’est dégradé. On me demande de plus en plus de faire l’interface, chacun rejetant la faute sur l’autre.

Un exemple de collaboration fructueuse ?
Je me souviens d’un chantier de collège où l’ouverture devait avoir lieu le lendemain de la livraison globale. Les deux derniers mois ont été intenses pour livrer le bâtiment en temps et en heure. Toutes les entreprises ont vraiment joué le jeu en mettant le paquet pour terminer dans le planning. C’est une source de satisfaction pour le maître d’ouvrage mais aussi pour les entreprises.

Qu’attendez-vous concrètement des entreprises ?
J’attends que les engagements soient tenus. Il n’est pas rare que ceux pris en réunion ne soit pas respectés et que les informations ne soient pas diffusées aux compagnons. Il y a souvent un manque d’anticipation et de préparation des réunions de chantier, qu’on commence à 10 personnes et termine à trois parce que tel ou tel est parti voir son équipe. Ce déficit d’encadrement s’explique certainement parce que les prix sont tirés vers le bas, parce que les entreprises ont moins de temps pour chaque dossier…

Un conseil pour les entreprises ?
Notre mission n’est pas toujours marrante. Mais je leur dis souvent que je ne suis pas là pour les embêter, que notre travail va les aider à être mieux ordonnées et efficaces.