© vincent Lecigne

© vincent Lecigne

Interview : “Il faut démystifier la dématérialisation”

Interview de Benoit Verwaerde, Responsable de mission Pilotage et Système d’Informations de la Métropole Européenne de Lille.

Comment la MEL s’est-elle préparée au chantier de la dématérialisation de la commande publique ?
Il y a deux ans et demi, nous avons créé une cellule dédiée aux questions du numérique dans la commande publique. Comme toutes grandes administrations, ces changements sont parfois lourds à réaliser car nous avons des process très structurés. Il a d’abord fallu mettre en place la dématérialisation des marchés qui consiste principalement à se servir du profil acheteur pour à peu près tout faire. En parallèle, nous avons mis en place les différents outils qui gravitent autour de cette dématérialisation, notamment la signature et le parapheur électronique, la transmission et le contrôle de légalité. Puis il a fallu faire le lien avec les finances pour la partie gestion comptable et facturation électronique. Impossible de dématérialiser les étapes chacune de leur côté. Notre projet “dématérialisation des marchés” couvre un horizon 2016-2020 avec une véritable vision transversale.

Vous êtes assistant à maîtrise d’ouvrage sur la dématérialisation dans la MEL. En quoi consiste ce travail ?
Nous assurons cette fonction gratuitement auprès des communes de la MEL. Après un premier diagnostic, nous nous déplaçons pour les conseiller. Nous insistons surtout sur l’utilisation du profil acheteur puisqu’à partir du 1er octobre, se sera l’unique mode de communication entre les administrations et les entreprises. Nous fléchons donc les communes vers la plateforme gratuite et mutualisée du Centre de Gestion du Nord où se retrouvent plus de 200 collectivités, dont la MEL. Ce regroupement a l’intérêt de faciliter l’accès à la commande publique aux entreprises, grâce à un processus unique. Nous participons également à l’Observatoire régional de la commande publique lors d’actions de coordination entre les différentes collectivités. Enfin, nous donnons avec le CNFPT des formation auprès des communes.

Comment accompagnez-vous les entreprises ?
Nous sensibilisons et aidons les acteurs économiques en allant à leur rencontre, par exemple lors de conférences avec la FRTP. Il faut démystifier la dématérialisation car elle suscite parfois des craintes irrationnelles. Je rappelle que l’offre déposée sur le profil acheteur est cryptée et indéchiffrable. L’administration ne pourra pas l’ouvrir avant la date et l’heure indiquées. La solution est donc encore plus sécurisée que les plis papier. Depuis le 1er janvier 2017, nous avons mis en place le marché public simplifié (MPS) donc toutes les consultations lancées sur des marchés de travaux sont labellisées MPS. L’outil s’adresse surtout aux TPE-PME qui n’ont pas le temps de rassembler les attestations fiscales et sociales. Si elles préfèrent répondre par format papier, les entreprises doivent nous remettre les diverses attestations en papier, contrairement au module en ligne MPS qui récupère pour elles toutes ses informations de candidatures auprès des administrations. La dématérialisation n’est pas si compliquée mais il faut s’y préparer et nous sommes là pour répondre aux questions des entreprises.

A lire aussi dans ce dossier : 

  • Interview :  » La dématérialisation sécurise encore plus la démarche de réponse” – Trois questions à Anne Ratayzyk, Médiatrice régionale déléguée de la Médiation des entreprises et animatrice du Groupe de travail « accès des TPE-PME à la commande publique » de l’Observatoire régional de la commande publique (ORCP). ici
  • Dématérialisation des marchés publics : êtes-vous prêts ?ici