ratayzyk-ok_HD

Interview : “La dématérialisation sécurise encore plus la démarche de réponse”

ratayzyk-ok_HDTrois questions à Anne Ratayzyk, Médiatrice régionale déléguée de la Médiation des entreprises et animatrice du Groupe de travail « accès des TPE-PME à la commande publique » de l’Observatoire régional de la commande publique (ORCP).

Comment abordez-vous la dématérialisation des marchés publics au sein de l’ORCP ?
Le déploiement concerté de la dématérialisation est l’une des trois thématiques de notre groupe de travail, co-piloté par la Direccte, la CCIR et la CMA. Notre priorité 2018 ? L’information sur la dématérialisation avec un kit d’information pour les entreprises via les acheteurs publics. Un courrier du président de l’ORCP a été adressé à l’ensemble des relais concernés. Des réunions sont également organisées à destination des entreprises par le Conseil régional, la CCIR, la CMA, la plateforme des achats de l’Etat.

Selon l’ORCP, les entreprises sont-elles prêtes ?
En début d’année, force a été de constater que les échéances prévues en 2018 en matière de dématérialisation étaient mal comprises et peu connues des entreprises. Les principaux donneurs d’ordre publics de la région, reçoivent encore une minorité d’offres dématérialisées. Une étude réalisée par la CCI Région en 2017 a montré que 42% des PME et TPE du territoire se sont déclarées ne pas être prêtes pour ces échéances. Pourtant, un quart des entreprises régionales répondent aux marchés publics. De même, le taux de réponse aux marchés publics simplifiés (MPS) était également faible en 2017. La vertu pédagogique du MPS n’a donc pas suffi à convaincre les entrepreneurs.

Pensez-vous qu’il y a aura une réduction des contentieux grâce à la dématérialisation ?
Le numérique peut simplifier, améliorer la performance de l’achat, renforcer l’efficience et la transparence des marchés publics. Après le 1er octobre, les offres papier seront irrégulières (sauf cas explicitement prévus). Toutefois, conformément aux textes, l’offre peut être régularisée. Mais l’acheteur n’est jamais obligé de régulariser une offre. Il faut donc éviter ce risque. Lors d’une médiation, un dirigeant s’est étonné de n’avoir obtenu aucun point sur certains aspects. Deux pages de son dossier n’étaient pas passées. Il faut donc être vigilant. Mais globalement, la dématérialisation sécurise encore plus la démarche de réponse puisque l’acheteur ne pourra ouvrir l’offre que le jour J, à l’heure H.

  • Dématérialisation des marchés publics : êtes-vous prêts ?ici
  • Interview : « Il faut démystifier la dématérialisation » – Benoit Verwaerde, Responsable de mission Pilotage et Système d’Informations de la Métropole Européenne de Lille. ici