Après sa participation au grand chantier de Nausicaa, NCN s’attaque au premier des quatre bâtiments situés dans le futur quartier touristique République-Eperon de Boulogne-sur-Mer. Sur 8 étages, l’opération portée par Twin Promotion comportera 63 logements destinés au tourisme.

Après sa participation au grand chantier de Nausicaa, NCN s’attaque au premier des quatre bâtiments situés dans le futur quartier touristique République-Eperon de Boulogne-sur-Mer. Sur 8 étages, l’opération portée par Twin Promotion comportera 63 logements destinés au tourisme.

Hesdin-l’Abbé : NCN, la pêche aux grandes opérations de construction

Nord Constructions Nouvelles est ancrée dans le Boulonnais depuis plus de 30 ans. L’entreprise familiale a su se développer dans le bâtiment, tous corps d’état, en tissant des liens forts et en restant à l’écoute du territoire.

Face au casino, un bâtiment jaillit du futur quartier touristique République-Eperon de Boulogne-sur-Mer. En quelques mois, 7 étages ont poussé. Le dernier ne saurait tarder. A la manœuvre ? Nord Constructions Nouvelles. Une entreprise de construction générale historiquement implantée sur le territoire boulonnais, « qui a su donner satisfaction à ses clients », retrace Willy Morel, actuel dirigeant de l’entreprise.

30 ans auparavant, c’est son père, Daniel Morel, qui reprenait l’activité de gros œuvre et de carrelage de Vaco construction. Capitalisant sur les savoir-faire, l’entreprise lance ses filets et pêche de belles opérations. « Ca ne s’est pas fait en un jour…, décrit son fils, mesuré. L’A16 nous a bien aidé, par exemple. On a exploré la Picardie et peu à peu toute la région ».

Une plongée dans le bassin parisien

Photo_NCN_PuteauxAujourd’hui, la zone de chalandise s’étend aux Hauts-de-France et les prises sont nombreuses. Trois opérations à Amiens pour le compte du groupe Edouard Denis, une opération de 100 logements avec Nexity à Tourcoing, etc. NCN a même plongé dans le bassin parisien avec la construction d’un groupe scolaire sur la ZAC des Bergères à Puteaux. « Quasi un ouvrage d’art. Le gymnase est en sous-sol mais ouvert. On a dû élever des poutres pour soutenir la construction qui le recouvre. Des techniques peu utilisées dans le bâtiment », décrit fièrement le dirigeant.

Les forces de l’entreprise ? La proximité avec le client et surtout une maîtrise de toute la chaîne de fabrication. « Nous réalisons principalement le gros œuvre et le carrelage, les autres métiers étant sous-traités », poursuit Willy Morel. Ce qui offre à l’entreprise de taille intermédiaire la possibilité de se frotter à tout type de marché. En 2002, NCN s’est même lancée dans la vente en état futur d’achèvement (VEFA) « ce qui nous a permis de proposer des nouvelles pistes de construction aux bailleurs, qu’ils n’auraient pas exploré avant, faute de moyens. On écoute et on s’adapte », ajoute-t-il, telle une maxime.

Les bailleurs à la baisse

Des bailleurs qui aujourd’hui baissent dans le carnet de commande. « Et cela ne va pas aller en augmentant avec la loi Elan… Il y avait certainement une révolution à lancer dans le secteur… mais peut-être pas comme ça », avoue-t-il. Heureusement les projets d’investisseurs reviennent et rendent optimiste le dirigeant. Mais comme beaucoup d’entreprises, NCN n’a pas échappé à la crise « ses prix tirés et surtout cette altération de nos métiers. Aujourd’hui on en ressent encore les tensions. Le secteur a bien changé », confie Willy Morel, la construction toujours chevillée au corps.

Irrigué le corps du bâtiment

A ceux qui annoncent la reprise, le chef d’entreprise reste « prudent. J’attends les profits, ceux qui permettront de faire revivre l’économie ». Mais pour lui, le secteur de la construction est encore fébrile, comme un corps qui a été mal irrigué depuis 7 ans. « Il faudrait réinjecter de l’argent dans la recherche, la formation », souligne le dirigeant.

NCN_Portrait_BD
« Il faudrait réinjecter de l’argent dans la recherche et la formation.” Willy Morel, dirigeant NCN

Depuis 30 ans, NCN en fait un principe : recruter 10 % de la masse salariale en contrat d’apprentissage. « On travaille beaucoup avec le centre de formation des apprentis d’Hesdigneul-les-Boulogne. Certains jeunes font aujourd’hui partie de l’équipe, précise-t-il. Mais pour les encadrer, il faut être structuré, ce qui est difficile pour certaines entreprises ». Comme pour le BIM, « le carnet de santé du bâtiment. Mais toutes les entreprises ne peuvent pas s’y lancer car elles n’ont pas les ressources, le cadre. Et le problème, c’est que tout le monde doit être prêt en même temps ».
En attendant, NCN veille et s’y prépare. En 2019, une opération pour CHAM de Rang-du-Fliers de 80 lits pour un EHPAD sera réalisée en BIM. « Il faut être agile », ne cesse de répéter le dirigeant, et ce malgré les remous du bâtiment.

>>> Repères

Dirigeant : Willy Morel

Création : 1984 par Daniel Morel

Reprise : 1996 par Willy Morel

Nombre de salariés : 300

Chiffre d’affaires : 60 000 000 euros H.T. (2017)

Nombre d’entités : 4 (NCN, SGTA, Boulogne Armatures, SN Carema) et une agence à Amiens