La dalle chaude de la piste de glace olympique de 60x30 m a déjà été coulée. Les plaques d’isolant en polyuréthane sont actuellement en train d’être posées. Puis viendra l’étape de la dalle froide qui accueillera la couche de glace.

La dalle chaude de la piste de glace olympique de 60x30 m a déjà été coulée. Les plaques d’isolant en polyuréthane sont actuellement en train d’être posées. Puis viendra l’étape de la dalle froide qui accueillera la couche de glace.

Dunkerque : la future patinoire sort le grand jeu

Le chantier de la patinoire de la CUD bat actuellement son plein sur le Môle1. Deux aires de glaces, l’une dédiée à la pratique sportive, l’autre aux loisirs, seront refroidies par une technique canadienne inédite en France. Visite dans les coulisses du chantier. 

 

Lionel Devaux, Directeur opérationnel de l’agence Chabanne architecte et partenaires en charge du projet entouré de Aurélie Braems, architecte associée chez AB+Archi à Dunkerque (à gauche) et de Carole Farizon en charge de la partie exploitation, énergie et environnement chez Keo Ingenierie à Lyon.
Lionel Devaux, Directeur opérationnel de l’agence Chabanne architecte et partenaires en charge du projet entouré de Aurélie Braems, architecte associée chez AB+Archi à Dunkerque (à gauche) et de Carole Farizon en charge de la partie exploitation, énergie et environnement chez Keo Ingenierie à Lyon.

Ne sortez pas tout de suite vos bonnets et vos patins à glace, les casques et les bottes de chantier sont encore de rigueur! Il faudra patienter jusque juin prochain pour s’amuser à jouer les Candeloro ou supporter les Corsaires à la future patinoire de Dunkerque. Située sur le Môle 1, juste à côté de la Halle aux Sucres, sa construction a démarré en janvier dernier. Plus d’une cinquantaine d’ouvriers sont actuellement sur tous les fronts : peinture, pose de placo et de faux-plafond, montage de gaines d’aération, courants forts et faibles…« Le chantier avance bien, explique Lionel Devaux, architecte associé chez l’agence lyonnaise Chabanne+Partenaires. 95 % du clos-couvert est terminé. Nous percevons maintenant tous les volumes du complexe. A ce jour, nous en sommes au développement des corps d’état technique fluide et des traitements des aires de glace ».

 

Délicates poses de dallage 

Mais avant de glisser sur les deux pistes, l’une de 30x60m dédiée à la pratique sportive de compétition avec 1400 places dans les gradins et l’autre de 42x20m destinée aux loisirs, il faut s’attaquer à la réalisation complexe du dallage. «Sous la glace, il y a environ 26 kilomètres de réseaux», détaille Lionel Devaux. Pour réaliser les dalles chaudes, les plus profondes, 300 m3 de béton ont déjà été coulés  en une seule fois pour éviter tout phénomène de reprise de bétonnage. Cette étape délicate qui s’est déroulée en une journée a nécessité une quinzaine de personnes à des postes différents. Ensuite, deux couches d’isolants croisés en polyuréthane ont été placées de manière à séparer les deux dalles. En janvier, l’étape sera renouvelée pour couler les dalles froides. »Cela demande un gros travail de préparation et plus d’exigence dans la mise en œuvre, ajoute Lionel Devaux. Les armatures sont plus resserrées, les réseaux plus nombreux. La formulation du béton est particulière car il doit pouvoir résister à l’eau et à des températures froides ».

Dans la halle destinée aux loisirs, les visiteurs pourront patiner en admirant  la Halle aux Sucres à travers un mur rideau de verre.
Dans la halle destinée aux loisirs, les visiteurs pourront patiner en admirant la Halle aux Sucres à travers un mur rideau de verre.

Inédit en france

Les performances énergétiques de la patinoire ont été poussées de manière à en faire un modèle de bâtiment innovant. Carole Farizon en charge de la partie exploitation, énergie et environnement chez Keo Ingenierie explique : « La production de froid fonctionne ici avec des machines au CO2 en remplacement des fluides frigorigènes habituellement utilisés mais avec des risques de fuites fréquents. Naturel, il n’impacte pas la couche d’ozone et à peu de répercussion sur le réchauffement climatique ». La patinoire de Dunkerque sera la première patinoire française à fonctionner avec cette technologie importée du Canada. Et pour rendre le bâtiment encore plus innovant, les machines au CO2 récupéreront de la chaleur. Selon Carole Farizon : « Pour produire le froid des aires de glace, il faut rejeter la chaleur à l’extérieur, sur le même fonctionnement qu’un frigo ». Ici, cette chaleur sera récupérée pour chauffer le bâtiment, grâce à un stockage dans des ballons tampons de 100 m3. Elle sera également réutilisée pour les dalles chaudes, les sanitaires ou pour faire fondre la glace sale dans une fosse à neige.

Sur la façade extérieure, une résille en cassettes d’aluminium perforée de teinte rouille viendra habiller le bâtiment.
Sur la façade extérieure, une résille en cassettes d’aluminium perforée de teinte rouille viendra habiller le bâtiment.

Un projet REM

Pour ce type de bâtiment très énergivore, le projet a été pensé en REM (réalisation, exploitation, maintenance) sur 15 ans. « Cette nouvelle modalité de marché global change nos habitudes de travail, pour nous architectes comme pour les entreprises. Cela nous engage à penser à demain, à dans 5 ans, à dans 10 ans voir plus, et à encore plus respecter des objectifs chiffrés, confie l’architecte. En amont, il faut prendre en compte les performances énergétiques du bâtiment et ses incidences écologiques, l’exploitation techniques et la maintenance. Un bâtiment bien pensé pour faciliter sa maintenance fonctionnera mieux ». En exemple, le choix de la couleur blanche pour la membrane d’étanchéité en toiture accumulera moins la chaleur des rayons du soleil. La durée de vie des matériaux a également été prise en compte. Ici, la résille extérieure conçue par BC Nord et qui doit être posée ce mois-ci, est traitée pour résister à l’ambiance marine et industrielle. Premiers double axel attendus à l’été! 

 

La fiche

Maître d’ouvrage : Communauté urbaine de Dunkerque

AMO : SECA Environnement.

Programmiste : Sprint Conseil Programmiste

Maîtrise d’oeuvre : Chabanne + Partenaires (architecte mandataire),

KEO (bureau d’étude structure béton+métallique, économie, fluides), KEO IN (Bureau d’études HQE + BET Energie), Echologos (Acoustique)

Entreprises : Rabot Dutilleul mandataire avec Ramery, Engie Cofely (exploitation technique et maintenance), SETT (courants forts/faibles), MCI (production frigorifique et traitement d’air)

Surface : près de 8 000 m² avec deux aires de glace, l’une principale de 60×30 m dédiée aux compétitions sportives, aux entrainements, l’autre de 42×20 m dédiée aux loisirs et à l’initiation

Coût : 16 M€ HT

Livraison : Juin 2019