Programme immobilier ShAKe réalisé par Rabot Dutilleul Construction et Louis de Waele, les travaux commenceront prochainement pour une livraison au 2ème trimestre 2021. © PCA-STREAM

Programme immobilier ShAKe réalisé par Rabot Dutilleul Construction et Louis de Waele, les travaux commenceront prochainement pour une livraison au 2ème trimestre 2021. © PCA-STREAM

Dossier : L’immobilier de bureaux, nouvel eldorado?

La métropole tertiaire a besoin de bureaux. Les entreprises exigent des habits neufs  et les promoteurs rivalisent d’idées dans les formes et les volumes. Les commercialisations ont atteint un record historique en 2018.

 

A deux pas de la gare Lille-Flandres : de nouveaux immeubles, destinés notamment au Département du Nord, remplaceront bientôt ceux du Forum. Crédit : Relief Architecture/Avant-Propos
A deux pas de la gare Lille-Flandres : de nouveaux immeubles, destinés notamment au Département du Nord, remplaceront bientôt ceux du Forum.
Crédit : Relief Architecture/Avant-Propos

On construit à Lille, à Villeneuve d’Ascq et dans d’autres points stratégiques de l’agglomération. On construit même à blanc, c’est-à-dire sans avoir identifié à l’avance des utilisateurs pour les futurs bâtiments : huit immeubles ont été réalisés sous ce régime l’an dernier dans notre territoire. L’activité qui fait ainsi pousser les grues et couler le béton, c’est la production de bureaux. Et elle est devenue une figure de pointe de l’économie métropolitaine.
A l’origine, il y a la volonté de Pierre Mauroy d’implanter au croisement des lignes de TGV, une «turbine tertiaire». Après les tours du programme initial et la période de vaches maigres qui a suivi, Euralille s’est installé comme l’un des premiers «centres d’affaires» du pays. Aujourd’hui, il est le lieu de nouveaux projets d’ampleur et parfois de prestige. Qui n’a remarqué, en circulant sur le périphérique à hauteur de Fives, le spectaculaire chantier du complexe Ekla, piloté par Icade ? La moitié est constituée de bureaux (14 800 m2) qui devraient trouver leurs premiers utilisateurs ce printemps. Entre Lille-Flandres et Lille-Europe, le Swam, développé par Nacarat, est proche de l’achèvement : il offrira 3 500 m2 de surface tertiaire, à côté de 2 500 m2 de commerces et d’un hôtel Mama Shelter. Mais un autre immeuble devrait attirer tous les projecteurs dans quelques mois : le ShAKe, promu par le même Nacarat, à la pointe du triangle des gares. Un bâtiment à l’architecture audacieuse en spirale, qui affichera 30 000 m2 de planchers, dont
19 000 m2 de bureaux ; le chantier durera jusqu’en 2021. A proximité, un lot vient d’être attribué à Vinci-Immobilier pour y installer l’assureur Afi-esca sur 7 000 m2.

Du bois dans le ventre

Dans la ZAC Euralille 2, les compagnons de Bouygues construction (jusqu’à 400 lors de certaines phases) s’activent sur le Biotope pour livrer les futurs appartements de la Métropole Européenne de Lille à la fin de cette année. Quant à l’office HLM Partenord Habitat, il a confirmé le déménagement de son siège sur 5 200 m2 dans le quartier de la Porte de Valenciennes.
Un pôle tertiaire de belle dimension s’est formé au fil des ans autour d’Euratechnologies, au coeur du quartier d’habitat des Rives de la Haute-Deûle. Le Crédit agricole vient de loger un de ses services, sur 4 300 m2, dans une ancienne retorderie réhabilitée. Le nouveau projet-phare du secteur s’appelle Wenov, porté par Vinci-Immobilier : 16 000 m2 de laboratoires, salles de formation et show-rooms à venir en 2020. A quelques pas, Vinci (encore) conduit son Triptic, trois plots totalisant 5 500 m2, disponibles à la rentrée prochaine. Térénéo, de son côté, a lancé un concours d’architectes pour un gros programme en bois de 13 à
15 000 m2. On retrouve ce hérault de «la construction durable» à Villeneuve d’Ascq, dans le périmètre récemment ouvert du Grand Carré à la fin de cette année : Auchan lui a commandé un immeuble de
15 000 m2, qui sera inauguré avant l’été. Un autre bâtiment en bois de 8 800 m2 sera édifié sur place par Aventim.

Danse avec les tours

Restons à Villeneuve d’Ascq, à deux pas du stade Pierre-Mauroy (qui préférait l’immobilier au football !) : Orange a confié à Eiffage le marché de son nouveau siège régional. Ce sera un vaisseau de 19 000 m2 qui accueillera plus de mille salariés dans le courant de l’année. Non loin de là, à Lezennes, la société Kiabi réalise 30 000 m2 de surface de plancher, dont les deux tiers pour ses services centraux. Et puis un coup de pelle dans les souvenirs : sur le site de l’ancien «dancing» des Quatre-Cantons, KIC Immobilier a placé deux immeubles tertiaires de cinq et deux étages ; c’est le projet Hélios, actuellement en finition. Sur leurs GPS, les promoteurs ont aussi inscrit depuis longtemps le secteur des grands boulevards entre Lille, Roubaix et Tourcoing. A Marcq-en-Baroeul, sur un terrain qui a accueilli successivement un magasin Habitat et une enseigne Gifi, Linkcity (groupe Bouygues) développe le programme Work lab city : trois bâtiments, des bureaux et des restaurants sur 17 000 m2
Overdose de mètres carrés ? Finissons par des esquisses. La première à deux pas de la gare Lille-Flandres : de nouveaux immeubles, destinés notamment au Département du Nord, remplaceront bientôt ceux du Forum. La deuxième esquisse à l’horizon de la Porte des Postes : une cité administrative du vingt-et-unième siècle y est annoncée par l’Etat. La troisième enfin dans une «patate d’or» immobilière, à la limite de Lille et de la Madeleine : à l’heure où nous mettons sous presse, il se dit que Vinci serait candidat pour l’emprise encore occupée par la MEL pour près de 100 millions d’euros…

A lire aussi dans ce dossier :