Le parc archéologique d’Arkéos ouvert en 2018 comptera bientôt une motte féodale et une taverne. © Douaisis agglo

Le parc archéologique d’Arkéos ouvert en 2018 comptera bientôt une motte féodale et une taverne. © Douaisis agglo

Pour doper son attractivité, Douaisis Agglo mise sur les loisirs

L’agglomération, largement positionnée sur l’accueil d’entreprises de logistique, travaille en parallèle sur ses pôles de loisir. Dans ses cartons, quelques millions d’investissement leur seront bientôt dédiés.

 

Le « donjon de la motte féodale», reconstitution du château du comte de Flandre Arnoul II à Douai (vers 967-987). Maquette d’après les fouilles de « La Fonderie » à Douai. Le toit de la tour culminera à 16 m de hauteur. Elle sera visitable sur 3 niveaux.
Le « donjon de la motte féodale», reconstitution du château du comte de Flandre Arnoul II à Douai (vers 967-987). Maquette d’après les fouilles de « La Fonderie » à Douai. Le toit de la tour culminera à 16 m de hauteur. Elle sera visitable sur 3 niveaux.

Que les amateurs d’histoire se rassurent, le musée Arkéos, ouvert en 2014, devrait encore prendre de l’ampleur. Notamment du côté du parc archéologique, inauguré en 2018, avec en point d’orgue l’ouverture du Portus, recréant le port commercial du Douai d’antan. Cette année, une motte féodale, prémice des châteaux forts, s’élèvera au coeur du parc. Soit une butte de terre surmontée d’un donjon ceinturé de remparts de 4 mètres de hauteur. Non loin de là, trois bâtiments viendront compléter le Portus tandis qu’une taverne médiévale accueillera un nouvel espace restauration. D’une capacité de 120 personnes, il sera construit en bois selon les techniques ancestrales. Evidemment, pour cet équipement accueillant du public, cuisines et sanitaires dérogeront aux normes médiévales pour coller à celles en vigueur. “Pour cette deuxième phase, construite entièrement en chêne français, les entreprises sont confrontées à un sujet très atypique. Nous serons attentifs à ce que le résultat soit fidèle aux techniques de l’époque”, raconte Marc Grobelny, directeur du pôle aménagement des réseaux et de l’environnement, en charge des travaux au sein de Douaisis Agglo. Les travaux devraient débuter au printemps pour une durée de 13 mois et une enveloppe de 3,2 millions d’euros. La construction d’une abbaye pourrait également suivre dans les années à venir. 2019 sera par ailleurs marquée par le lancement d’une étude de faisabilité pour la création d’un planétarium. Un projet à 7 millions d’euros HT. Il faudra néanmoins attendre 2023 avant d’y explorer l’univers.

L’éco-quartier du Raquet s’étoffe

Après le succès du centre aquatique Sourcéane – 320 000 visiteurs depuis 2016 -, les aménagements se poursuivent sur cette zone en devenir. Pas moins de 12 millions d’euros sont programmés en voiries et aménagements pour mieux desservir un quart du quartier et le raccorder à la cité du puits du midi. Plusieurs bâtiments tertiaires, des restaurants et un hôtel sont annoncés ainsi qu’un parc urbain à proximité de Sourcéane. Surtout, il est prévu de créer une nouvelle polarité à la thématique sportive avec la création d’un boulodrome et d’une patinoire. Les études de maîtrise d’oeuvre du premier doivent démarrer d’ici la fin d’année. Cet équipement, souhaité d’envergure nationale, comporterait une centaine de pistes au terme d’un investissement de 6 millions d’euros. Premiers tirs espérés début 2022. A quelques encablures, c’est cette fois une patinoire qui devrait prendre corps après des études de faisabilité. Pour l’heure, l’enveloppe table sur 15 millions d’euros et une livraison mi-2023. Côté logement, après une phase de développement auprès des bailleurs, la vente de lots libres devra prochainement dynamiser ce volet.
Fort de ses 60 000 visiteurs en 2018, Loisiparc à Aubigny-au-Bac proposera dès l’année prochaine une piscine. La construction de ce bassin extérieur en inox de 400 m2 débutera après la saison estivale pour un montant d’environ 2 millions d’euros.
Enfin, Gayant Expo, l’un des équipements-phares de Douaisis Agglo doit subir un profond lifting. Objectif : le rénover pour mieux le transformer en palais des congrès et développer le tourisme d’affaire. Dans le viseur, l’activité séminaires et autres conventions d’entreprises tout en améliorant la fonctionnalité des espaces dédiés aux concerts et salons.

Douaisis Agglo construira une piscine pour  sa base de loisirs «Loisiparc» à Aubigny-au-Bac. © AvantPropos
Douaisis Agglo construira une piscine pour sa base de loisirs «Loisiparc» à Aubigny-au-Bac. © AvantPropos