Eric Naepels, responsable des affaires régionales, Gaëlle Velay, directrice régionale Hauts-de-France, Brigitte Louis, directrice régionale adjointe et Myriam Mahé-Lorent, directrice déléguée à Amiens.

Eric Naepels, responsable des affaires régionales, Gaëlle Velay, directrice régionale Hauts-de-France, Brigitte Louis, directrice régionale adjointe et Myriam Mahé-Lorent, directrice déléguée à Amiens.

La Banque des Territoires se transforme pour mieux irriguer la région

A l’occasion de la présentation de son bilan 2018, la Banque des territoires a dévoilé ses ambitions 2019. Cap toujours sur le logement social et la revitalisation.

Une banque pour les territoires. L’expression est simple mais l’ambition et surtout les attentes sont grandes. Alors que la fracture territoriale est l’une des préoccupations majeures des Français, la Banque des territoires (groupe Caisse des dépôts) entend bien de plus en plus irriguer le territoire, des métropoles aux bourgades les plus rurales, sur de grandes comme de petites opérations. Voilà pour le changement de positionnement opéré depuis l’année dernière. Concrètement, si elle reste sur ses métiers historiques (gestion d’encours des dépôts bancaires, prêts, investissements, missions de conseils et d’ingénierie), elle clôture une année 2018 de transition.

2018, la transformation

Avec 27,8 millions d’euros d’investissement en fonds propres, la Banque joue toujours un rôle d’effet levier. Si le montant est orienté à la baisse, le nombre de projets tend lui à progresser. “Nous intervenons de plus en plus sur des opérations de taille plus modestes”, décrypte Gaëlle Velay, directrice régionale. L’encours de prêt s’établit quant à lui à 17 milliards d’euros. Les prêts signés en 2018 ont chuté à 0,9 milliard d’euros contre 1,4 en 2017. En cause, un secteur du logement social particulièrement touché en région par le nouveau contexte qui lui est imposé par l’Etat. De plus, les bailleurs et les collectivités territoriales commencent à se retourner vers les banques classiques, intéressées par des taux intéressants. La Banque des territoires affiche par ailleurs 3,5 milliards d’encours moyen de dépôts bancaires. Elle poursuit également son rôle d’accompagnateur privilégié pour l’installation des notaires. Enfin, elle a consacré 900 000 euros de crédits à l’ingénierie dans les projets de territoires, dont pas moins de 650 000 pour les opérations Coeur de ville. “L’ingénierie, ce sera mon leitmotiv de l’année”, sourit la directrice pour qui le virage vers cette activité se révèle être “une véritable réponse aux attentes des collectivités territoriales”.

Territoires inclusifs, connectés, durables et attractifs

En 2018, les interventions de la Banque des territoires visaient à répondre à 4 enjeux forts : rendre les territoires inclusifs, connectés, durables et attractifs. Cela s’est par exemple traduit sur le déploiement du plan logement pour redonner du souffle aux bailleurs sociaux. 28 organismes régionaux ont bénéficié d’un allongement de leur dette pour un montant global de 1,6 milliard d’euros tandis que 37 autres ont fait valoir un prêt de haut de bilan bonifié Action Logement pour 71,2 millions d’euros. Sans compter l’accompagnement pour construire 7000 logements sociaux neufs et en réhabiliter 23 500 (contre 32 000 en 2017). Pour redynamiser la région, la Banque est également l’un des financeurs privilégiés du programme Action coeur de ville. Son offre d’ingénierie et de conseil est particulièrement plébiscitée en vue de financement dans le domaine de l’aménagement urbain, commercial, touristique, des smart-cities, des valorisations de friches ou encore de développement d’ENR.

Elle remplit sa fonction de conseil dans le cadre du renouveau du bassin minier et ce pour une trentaine d’études, et sa mission de financeur pour 16 autres projets. Sans oublier la participation de CDC Habitat, entré l’année dernière au capital de Maisons&Cités pour doubler le volume de réhabilitation dans ce secteur.

La Banque est par ailleurs partie prenante du Pacte pour la réussite en Sambre-Avesnois-Thiérache. Au programme notamment : désenclavement numérique et économique, promotion de l’habitat durable et de la santé en milieu rural ou encore transition énergétique.

2019 dans la continuité

Face à ces enjeux, la Banque des Territoires entend poursuivre ses actions cette année. Avec toujours la revitalisation des coeurs de ville, celle des quartiers en politique de la ville, notamment avec l’Anru, le développement de l’industrie et des projets REV3. Une attention particulière sera portée au bassin minier, à la Sambre-Avesnois-Thiérache et au Calaisis. Enfin, elle vient de dévoiler un plan logement 2 pour soutenir les bailleurs sociaux. Une nouvelle enveloppe de 800 millions d’euros sur 3 ans vient de s’ouvrir pour accompagner leurs développements. De nouvelles offres à taux fixes devraient aussi leur donner une bouffée d’oxygène. J.D.