Les jeunes startuppers Erwan Brunel et Romain Cuisinier lancent la phase de test pour leur casque connecté.

Les jeunes startuppers Erwan Brunel et Romain Cuisinier lancent la phase de test pour leur casque connecté.

Amiens : Casques de chantier connectés, la révolution sécurité

Réduire les accidents et garantir la sécurité pour tous les intervenants de chantier, c’est ce que vise le casque connecté développé par EP2C.

Accessoire de sécurité par excellence, le casque est sans conteste le premier de la panoplie de tout acteur de chantier. Avec les nouvelles technologies, sa capacité à protéger celui qui le porte se renforce. Première révolution : pouvoir interconnecter tous les intervenants qui officient sur des terrains potentiellement dangereux.Les premiers jalons de ce casque de chantier connecté made in Hauts-de-France ont été posés au cours d’un projet étudiant, en 2018. Alors qu’il était en formation au CNAM à Amiens, Erwan Brunel, 24 ans, s’est saisi avec ses camarades de la question des accidents de chantier. Une réalité encore trop prégnante, à laquelle il s’est lui-même trouvé confronté au cours de son alternance chez Ramery. L’objectif de ce projet était de « répondre concrètement à une problématique de terrain ». Son idée ? Un casque de chantier qui pourrait autant avertir l’ouvrier que le conducteur d’engin de tout danger de collision.

Un principe novateur et lumineux

La technologie repose sur un système de détection d’engin par l’envoi d’ondes continues. Grâce à un boîtier émetteur relié à une batterie autonome situés dans l’engin de chantier, le dispositif permet la transmission du positionnement de la machine vers le casque. Ainsi, tout ouvrier situé entre 5 et 15 mètres de l’engin est averti à travers l’allumage d’une LED verte sur la visière de son casque. L’avertissement lumineux a été privilégié car « la vision est le seul sens, sur un chantier, à ne pas être obstrué ». À ce mécanisme d’alarme s’ajoute un bouton d’urgence qui permet de signaler tout accident pour assurer la prise en charge de personne blessée ou en situation de détresse face à un danger imminent. Enfin, « les différents intervenants peuvent communiquer entre eux grâce à une fonction talkie-walkie intégrée au casque ».

Un projet remarqué et récompensé

Ce projet étudiant a dépassé le stade de l’école. Erwan Brunel et ses associés, Romain Cuisinier et Anthony Silva, ont fondé leur start-up EP2C. Les concours ont été, pour eux, de véritables tremplins, un gage de reconnaissance et une source de contacts professionnels. Grâce au Premier prix du Challenge Amiens Campus, au prix spécial du concours Créasup et à l’Award de l’innovation dans le cadre du Salon des Grandes Écoles de Compiègne, ils se sont assurés une place au sein de l’incubateur-accélérateur Amiens Cluster. Prochaines étapes ? Lancer le prototype et le tester d’ici un an et demi pour « avancer sur le concept et son étude. Le plus gros travail, explique Erwan Brunel, c’est la normalisation ». Pour cette phase, les startupper comptent sur des partenariats avec des entreprises-testeuses et avec les organismes de prévention-sécurité, prescripteurs de solutions pour limiter les accidents. Un produit qui pourrait à terme, également intéresser les secteurs du chargement, de l’agriculture et de l’industrie.