Rame de la ligne 2 ©Antoine Repecé

Rame de la ligne 2 ©Antoine Repecé

Métro lillois : un accord sur les rails entre la MEL et Alstom

Adopté depuis 2011 avec le plan de déplacement urbain, et entériné par l’aménagement des stations dès 2013, le doublement de la ligne 1 du métro de Lille se met enfin sur les rails. Cause de cet éclaircissement dans le dossier : un accord entre la MEL et Alstom, voté ce 28 juin par les élus, qui prévoit une mise en service des nouvelles rames de 52 mètres en 2023.

 

Après des retards et des retards accumulés sur plusieurs années, il semblerait que la saga du métro de Lille voie le début de la fin. Si le planning tablait sur une mise en circulation des nouvelles rames pour 2015, elles arriveront en 2023. Une conséquence des difficultés pour Alstom d’acquérir la technologie nécessaire au développement du système de pilotage automatique des nouvelles rames. À terme, le projet devrait permettre des économies de gestion et d’énergie (-20% de consommation) et une plus grande souplesse d’exploitation. C’est grâce à la médiation engagée par le Tribunal Administratif de Lille que le feuilleton se débloque. Les deux parties ont finalement su s’accorder sur un calendrier et un système de pénalité. Damien Castelain, président de la MEL se félicite à ce titre d’être  “parvenus à cet accord qui permet une échéance précise”.

S’il reste à finaliser à l’automne, l’accord jette les bases de la mise en service du nouveau système de pilotage sur les rames actuelles pour 2021. À titre de pénalité pour les importants retards, Alstom devra payer 23 millions d’euros. À compter également, 20 millions d’euros de prestations de maintenance, et 15 millions d’intéressement, dans le cas où Alstom vendrait son système de guidage à d’autres clients. Ce qui, au total, représente 58 millions d’euros de la poche du constructeur. 

De son côté, Jean-Baptiste Eyméoud, Président d’Alstom promet que l’entreprise “continue de mobiliser ses meilleures ressources pour que ce pilotage automatique soit bientôt une référence et une vitrine internationale pour la MEL et les équipe d’Alstom”.